Supervising Financial Regulators

Disponible en format(s) : PDF

Quelle latitude les autorités prudentielles nationales devraient avoir dans une union bancaire pour répondre à la demande de crédit sur leur territoire? Pour analyser cette question, nous utilisons un modèle dans lequel les autorités prudentielles nationales sont seules en mesure d’observer le rendement attendu de la forte activité des prêteurs. Puisque l’assurance dépôt ne peut être tarifée de façon équitable, les autorités ne supportent pas l’intégralité des coûts de défaillance associés à la forte activité des prêteurs. Pour autant, le rendement net obtenu au sein de l’union bancaire, déduction faite des coûts de défaillance, est au plus haut quand l’autorité supranationale tend davantage à récompenser les autorités prudentielles qu’à les pénaliser. Les autorités prudentielles qui réduisent l’activité des prêteurs se voient donner plus de latitude afin de favoriser une hausse des volumes du crédit. Dans les territoires où l’activité des prêteurs s’accroît, les autorités prudentielles pourraient toutefois ne pas être soumises à des restrictions dans l’exercice de leur discrétion.