Accounting for Real Exchange Rates Using Micro‐Data

Disponible en format(s) : PDF

Selon la dichotomie classique, les biens non échangeables du panier de l’indice des prix à la consommation (IPC) expliquent intégralement la variance au sein des séries chronologiques du taux de change réel agrégé, car les biens échangeables suivent la loi du prix unique. Engel (1999) soutient à l’inverse que ce sont les biens échangeables qui expliquent toute la variance. Nous rétablissons la valeur conceptuelle de la dichotomie classique en nous appuyant sur des microdonnées et en reconnaissant que les prix des biens finaux renferment le coût même des biens et les coûts d’intrants locaux non échangeables, comme ceux du travail et des espaces commerciaux, qui sont liés au commerce de détail. Nous démontrons en outre que l’agrégation, la pondération des dépenses de consommation et la répartition des termes de covariance jouent un rôle dans les différences observées entre nos résultats et ceux d’Engel.