La Banque du Canada a annoncé aujourd’hui qu’elle établissait un partenariat avec Creative Destruction Lab (CDL) dans le but d’enrichir ses connaissances des technologies de pointe.

Ce partenariat découle du plan à moyen terme 2019-2021 de la Banque, qui est axé sur une meilleure compréhension de l’économie numérique et de la transformation technologique des services financiers, et sur le recours accru à l’innovation dans l’exercice de ses activités de banque centrale.

Plus précisément, grâce à cette entente avec CDL, la Banque se tiendra à la fine pointe des tendances dans les domaines de l’intelligence artificielle, de l’apprentissage automatique, des technologies relatives aux cryptoactifs et de l’informatique quantique. L’institution sera un partenaire dans le cadre du volet consacré à l’intelligence artificielle, et ce, pour une période de trois ans au cours de laquelle elle collaborera avec les pôles de CDL à Toronto et à Montréal. Pour le personnel de la banque centrale, ce partenariat représente une occasion de mieux comprendre ces technologies et leurs applications. De plus, la Banque compte tirer parti du programme qu’offre CDL en invitant les experts participants à venir transmettre leur savoir à ses employés.

« La Banque est heureuse de travailler avec les sommités associées à CDL dans le cadre de son programme relatif à l’économie numérique, a déclaré la première sous-gouverneure Carolyn Wilkins. Ce partenariat est tout à fait en phase avec un de nos grands objectifs, qui consiste à exploiter les technologies pour accroître la qualité et la portée de nos travaux de recherche et d’analyse ainsi que l’efficience des opérations de la Banque. »

« Bien que, de prime abord, la collaboration entre une banque centrale et un programme universitaire créé à l’intention des entreprises technologiques en démarrage ne semble pas aller de soi, nous sommes convaincus que le mariage des compétences et des atouts de chacun se traduira par un partenariat des plus fructueux qui améliorera la compétitivité du Canada », a affirmé Sonia Sennik, directrice générale de CDL.

Le Creative Destruction Lab est un programme à l’intention des entreprises scientifiques à fort potentiel de croissance qui sont en phase de démarrage. Il réunit des entrepreneurs, des scientifiques et des investisseurs d’envergure internationale, ainsi que des étudiants dans le but de commercialiser les idées les plus novatrices. Mis sur pied en 2012 par l’École de gestion Rotman de Toronto, le programme CDL compte désormais des pôles à Vancouver, Calgary, Montréal, Halifax et New York. Échelonné sur neuf mois, il repose sur un mentorat par groupe d’objectifs qui vise à maximiser la valorisation du capital-actions. Le programme CDL s’adresse tout particulièrement aux entreprises en démarrage ayant des liens avec les laboratoires de recherche universitaires.