Dans cette étude, nous comparons les effets redistributifs des mesures de politique monétaire traditionnelles et des assouplissements quantitatifs dans le cadre d’un modèle d’équilibre général dynamique et stochastique en économie ouverte estimé pour la zone euro. Notre modèle comprend deux groupes de ménages : d’une part, des ménages riches, c’est-à-dire qui possèdent des actifs financiers et qui peuvent lisser leur consommation dans le temps, et, d’autre part, des ménages plus pauvres, qui ne reçoivent que des revenus du travail et de transfert et qui vivent au jour le jour. Nous comparons l’incidence que des chocs de politique monétaire peuvent avoir sur diverses mesures des inégalités de revenu et de richesse (revenu disponible net, actif net et revenu relatif par habitant). Les chocs liés à des mesures de politique monétaire traditionnelles expansionnistes ou à des assouplissements quantitatifs tendent à atténuer les inégalités de revenu et de richesse entre les groupes considérés, excepté à court terme.