Au sein de nombreux marchés de produits dérivés, les garanties exigées sont calculées au moyen de formules conformes aux normes du secteur, mais qui n’ont pas été élaborées de manière à tenir compte du risque systémique. Dans cette étude, nous cherchons à déterminer si la prudence inhérente aux exigences usuelles de garanties vient contrebalancer l’absence de prise en compte du risque systémique.

Afin d’examiner cette question, nous établissons une nouvelle mesure du risque systémique : l’insuffisance systémique de garanties attendue au sein du marché. Nous analysons la composition du risque systémique pour l’ensemble des banques étudiées, tant avant qu’après l’application d’exigences usuelles de garanties.

Les résultats montrent que les niveaux prudents des garanties habituellement exigées atténuent adéquatement le risque systémique, qui ne dépasse que légèrement le niveau des garanties requises. Ce dépassement n’augmente pas le risque systémique existant des banques de façon significative. Nous vérifions la robustesse de ce résultat en mettant à l’épreuve d’autres mesures du risque systémique et en appliquant une marge d’erreur invraisemblablement élevée. Même dans le scénario extrême, l’insuffisance de garanties maximale pour l’ensemble du marché correspond tout juste à 1 % de la capitalisation boursière des banques. Par conséquent, la valeur de cette insuffisance est inférieure à l’incidence d’un recul de 1 % des actions bancaires.