A Simple Method for Extracting the Probability of Default from American Put Option Prices

Disponible en format(s) : PDF

Une option de vente est un contrat financier qui donne le droit à son détenteur de vendre un actif à un prix stipulé à l’avance d’ici (ou à) une date préétablie. Les options de vente fournissent donc à leur détenteur une assurance contre une baisse importante du cours de leurs actions sous-jacentes. Ainsi, le prix des options de vente constitue une source idéale d’informations pour mesurer la probabilité de défaut d’une entreprise en fonction des données du marché.

Nous élaborons une méthode simple pour estimer la probabilité qu’une entreprise fasse défaut. Cette méthode est fondée sur les prix des options de vente des actions de l’entreprise considérée. Nous élaborons tout d’abord une formule analytique d’évaluation simple pour les options de vente de style américain, qui intègre la possibilité de défaut. Ensuite, nous calibrons les paramètres de la formule d’évaluation proposée en fonction des prix des options de vente observés pour estimer la probabilité de défaut de l’entreprise. Enfin, nous testons notre méthode au moyen de données concernant sept entreprises américaines (Altria, AT&T, Citigroup, Fannie Mae, Ford, General Motors et IBM) et allant de 2002 à 2010.

Nous constatons que les probabilités de défaut basées sur les prix des options sur actions se rapprochent en général des estimations dérivées des swaps sur défaillance. Toutefois, les deux mesures peuvent être très différentes dans certains cas. Par exemple, l’analyse que nous avons réalisée au moyen des données sur les sept entreprises mentionnées pour la période de 2007 à 2009, soit pendant la crise financière, donne à penser que, parfois, la probabilité de défaut dérivée de leurs swaps sur défaillance pourrait avoir été soit trop basse (dans le cas de Fannie Mae) soit trop élevée (dans le cas de Ford). Ces résultats démontrent que nos estimations fondées sur les options complètent celles basées sur les écarts sur swaps sur défaillance.