How Should Unemployment Insurance Vary over the Business Cycle?

Disponible en format(s) : PDF

Il n’y a toujours pas de consensus sur la question de savoir si les prestations de chômage découragent leurs bénéficiaires de chercher un emploi, et si oui, dans quelle mesure. La générosité optimale des prestations dépend en définitive de la manière dont les chercheurs d’emploi réagissent à des indemnités plus généreuses. Pour mesurer cette réactivité, il est essentiel de prendre soigneusement en considération les caractéristiques démographiques des chômeurs, dont les différences de richesse, l’admissibilité à l’assurance-chômage et les taux d’utilisation des prestations.

Nous nous penchons sur la conception d’une politique optimale d’assurance-chômage. Nous nous demandons en particulier comment le montant et la durée des prestations devraient varier selon la conjoncture économique afin de maximiser le bien-être social.

Nous observons que les personnes peu fortunées sont moins susceptibles que celles plus aisées de réduire leurs efforts pour trouver un emploi quand elles reçoivent des indemnités de chômage, car il est essentiel pour elles de décrocher un poste. Nous établissons également que la majorité des bénéficiaires de l’assurance-chômage relèvent de cette catégorie. C’est pourquoi des prestations plus généreuses n’auraient qu’un impact limité sur le taux de chômage au pays. En utilisant un modèle qui reproduit les différences de richesse entre les chômeurs, nous parvenons à la conclusion que le montant et la durée des prestations devraient augmenter pendant les récessions. En effet, en période de ralentissement économique, les bénéficiaires épuisent leurs économies. Ils déploient donc plus d’efforts pour trouver un emploi même si leurs prestations de chômage sont généreuses.