Labor Market Policies During an Epidemic

Disponible en format(s) : PDF

La pandémie de COVID-19 a causé un net ralentissement de l’activité économique et de nombreuses pertes d’emploi. Cette étude porte sur deux importantes mesures publiques destinées à faire contrepoids aux conséquences du confinement, soit l’introduction de subventions salariales et l’élargissement des programmes d’assurance-emploi, ainsi que sur leurs implications pour le marché du travail et la prospérité économique.

Nous mettons au point un modèle d’équilibre de recherche d’emploi, que nous combinons à un modèle épidémiologique standard. Le modèle ainsi obtenu tient compte de trois considérations fondamentales pour comprendre la crise actuelle. Premièrement, les travailleurs acquièrent au fil du temps un savoir-faire et des compétences spécifiques à leur entreprise. Deuxièmement, les entreprises font face à des contraintes financières et ne peuvent pas facilement ajuster les salaires, ce qui détruit des appariements employeur-employé qui seraient demeurés viables autrement. Troisièmement, certaines mises à pied sont temporaires (les travailleurs peuvent être appelés à retourner au travail) alors que d’autres sont permanentes (les travailleurs doivent trouver un nouvel employeur).

Nous constatons que, lorsque ces mesures sont appliquées séparément, les subventions salariales sont préférables à un élargissement des programmes d’assurance-emploi de coût équivalent. En effet, les subventions salariales préservent les emplois productifs pour lesquels les travailleurs ont acquis des connaissances et des compétences spécialisées et propres à leur entreprise. Cependant, quand ces mesures sont appliquées conjointement, le dosage optimal est d’allouer 20 % du budget prévu aux subventions salariales et 80 % à l’élargissement des programmes d’assurance-emploi. Cette allocation aux subventions salariales, bien que partielle, suffit à préserver les emplois productifs, permettant ainsi une reprise rapide après le déconfinement. De plus, cela laisse plus de fonds pour bonifier les prestations d’assurance-emploi, ce qui aide les travailleurs ayant perdu leur emploi malgré les subventions salariales à maintenir leurs revenus et leur consommation à un niveau stable.