Labor Demand Response to Labor Supply Incentives: Lessons from the German Mini-Job Reform

Disponible en format(s) : PDF

Les avantages fiscaux pour les travailleurs à faible revenu sont devenus des mesures très populaires pour lutter contre la pauvreté dans les pays développés. Les recherches réalisées sur le sujet montrent que ces avantages atteignent leur objectif principal, qui consiste à encourager les personnes défavorisées – ou travailleurs à faible revenu – à être actives sur le marché du travail. Cependant, ils ont pour conséquence d’entraîner une diminution de leurs salaires. J’analyse la réaction des entreprises à ces changements touchant l’emploi et les salaires, un thème peu étudié jusqu’à présent.

Je fonde mon analyse sur l’élargissement des avantages fiscaux entraîné par la « réforme des mini-jobs » de 2003 en Allemagne, et exploite des données sur les entreprises qui correspondent aux renseignements administratifs recueillis sur les travailleurs pour la période de 2000 à 2007. Je m’intéresse aux entreprises qui emploient des travailleurs à faible revenu dans des proportions différentes avant 2003 et aux changements qui surviennent dans ces entreprises après la réforme. Je construis un modèle d’équilibre général qui reproduit la tendance observée de la variation des emplois faiblement rémunérés et des emplois fortement rémunérés. Ce modèle me permet de prévoir l’incidence des mesures fiscales sur l’emploi total et la production.

Je constate que le nombre d’employés à faible revenu et d’employés à revenu élevé a augmenté dans les entreprises comptant une forte proportion de travailleurs à faible revenu avant la réforme. Cela s’explique par les économies de coûts de main-d’œuvre engendrées par les avantages fiscaux. Les entreprises qui ont une faible proportion de travailleurs à faible revenu avant la réforme, et donc qui ne font pas directement d’économies de coûts de main-d’œuvre, réagissent à ces mesures incitatives en remplaçant les emplois fortement rémunérés, qui leur coûtent relativement plus cher, par des emplois faiblement rémunérés, qui leur reviennent moins cher. D’après les simulations réalisées à l’aide du modèle, l’emploi total augmente, mais la production totale diminue compte tenu de la redistribution des ressources et de la production parmi les entreprises. Dans l’ensemble, la présente étude indique que l’adoption de mesures pour venir en aide aux travailleurs à faible revenu a des répercussions à la fois sur l’emploi total et sur la production totale, par suite des décisions des entreprises.