What Can Stockouts Tell Us About Inflation? Evidence from Online Micro Data

Disponible en format(s) : PDF

La hausse de l’inflation connue en 2020 pendant la pandémie de COVID-19 a suscité un débat animé pour établir si les années de faible inflation tiraient à leur fin. Les décideurs publics et les économistes disent souvent que les problèmes d’approvisionnement et les pressions sur les coûts y sont pour quelque chose, mais nous avons peu de données empiriques sur l’incidence réelle de ces facteurs sur les prix.

Dans cette étude, nous élaborons une mesure de haute fréquence des pénuries de produits au moyen de données recueillies directement sur les sites Web de grands détaillants dans de nombreux secteurs et pays. Nous nous penchons non seulement sur les signaux de rupture de stock pouvant être observés par les consommateurs, mais aussi sur l’incidence exceptionnellement grande des articles de fin de série, qui sont plus difficiles à détecter. Nos mesures des ruptures de stock montrent que les pénuries étaient généralisées au début de la pandémie et qu’elles allaient bien au-delà du papier hygiénique et des lingettes désinfectantes. Au fil du temps, les nombreuses ruptures de stock temporaires qui composaient les pénuries ont cédé la place principalement à des articles de fin de série, concentrés dans un nombre réduit de secteurs. Donc, même si le problème de ruptures de stock a pu devenir moins visible, il n’a pas perdu en importance.

Nous constatons que les fortes hausses de ruptures de stock sont associées à un effet inflationniste important. Aux États-Unis, par exemple, si le taux de rupture passe de 10 à 20 %, l’inflation mensuelle monte d’environ 0,10 point de pourcentage. Toutefois, l’effet est aussi passager : en l’absence de nouveaux chocs, rien n’indique une réaction de l’inflation au-delà d’environ quatre mois après une augmentation des ruptures de stock.