Au fil des ans, la Banque du Canada a modifié la façon dont elle établit son taux directeur. Voici un bref historique de ce taux depuis la fondation de la Banque en 1935 jusqu'à nos jours.

Taux officiel d'escompte

De mars 1935 à novembre 1956

Le taux officiel d'escompte a été le premier taux directeur de la Banque du Canada. C'est le taux d'intérêt minimum auquel la Banque consent des prêts à un jour aux institutions financières. De mars 1935 à novembre 1956, la Banque établit directement le taux officiel d'escompte, qui est alors fixe.

De novembre 1956 à juin 1962

Le taux officiel d'escompte devient variable. Il est fixé à 25 points de base au-dessus du taux de rendement moyen offert lors de l'adjudication hebdomadaire des bons du Trésor à trois mois du gouvernement fédéral.

De juin 1962 à mars 1980

Le taux officiel d'escompte est de nouveau établi directement par la Banque et redevient fixe.

De mars 1980 à février 1996

Le taux officiel d'escompte redevient variable. Il est fixé à 25 points de base au-dessus du taux de rendement moyen offert lors de l'adjudication hebdomadaire des bons du Trésor à trois mois du gouvernement fédéral.

Du 22 février 1996 à aujourd'hui

Depuis 1996, le taux officiel d'escompte est établi par la Banque et correspond à la limite supérieure de la fourchette opérationnelle pour le taux du financement à un jour (voir ci-contre). La Banque signale ainsi plus clairement ses intentions concernant l'orientation de la politique monétaire, étant donné qu'elle exerce une action plus directe sur le taux du financement à un jour que sur le taux des bons du Trésor à trois mois.

En décembre 2000, la Banque a commencé à annoncer ses décisions concernant le taux officiel d'escompte et le taux cible du financement à un jour à huit dates préétablies par année.

Taux cible du financement à un jour

Du taux officiel d'escompte au « taux cible du financement à un jour »

En juin 1994, le taux cible du financement à un jour commence à remplacer le taux officiel d'escompte comme principal instrument dont la Banque du Canada se sert pour mettre en oeuvre la politique monétaire.

Ce changement résulte de la mise en place par la Banque d'une « fourchette opérationnelle » de 50 points de base pour le taux du financement à un jour — le taux auquel les principaux participants au marché monétaire se prêtent des fonds à un jour.

À cette époque, la Banque ajustait quotidiennement les soldes de règlement pour maintenir le « niveau cible » du taux du financement à un jour à l'intérieur de la fourchette opérationnelle. Plus particulièrement, la Banque intervenait au moyen de prises en pension et de prises en pension spéciales quand le taux du financement à un jour atteignait la limite supérieure ou inférieure de la fourchette opérationnelle.

Avec l'instauration du Système de transfert de paiements de grande valeur (STPGV) en février 1999, le taux cible du financement à un jour correspond désormais au point médian de la fourchette opérationnelle, soit 25 points de base sous le taux officiel d'escompte.

Le changement d'orientation en faveur du taux cible du financement à un jour a été clairement communiqué à l'occasion de l'entrée en fonction du STPGV. Ce n'est toutefois que le 29 mai 2001 que la Banque commence, dans ses communications avec le public, à désigner le taux cible du financement à un jour comme son taux directeur.

Ce taux cible ayant une incidence sur les taux d'intérêt auxquels les institutions financières se prêtent des fonds à un jour, il se répercute aussi normalement sur les autres taux d'intérêt, notamment les taux hypothécaires et les taux des prêts à la consommation.

De plus, le taux cible du financement à un jour est celui qu'il convient d'utiliser pour établir des comparaisons, sur le plan international, avec d'autres taux comme le taux des fonds fédéraux aux États-Unis et le taux des prises en pension à deux semaines au Royaume-Uni.