L’étude analyse l’incidence qu’exerce la répartition des pertes résiduelles sur le volume de transactions et le bien-être des participants d’une contrepartie centrale. Deux mécanismes de répartition des pertes sont comparés, soit l’application de décotes aux plus-values sur marge de variation et les appels de fonds. Le degré optimal de répartition des pertes est étudié du point de vue privé et social. Dans le cas des pertes réparties au moyen du premier mécanisme, on constate que le volume des transactions est influencé par le degré de répartition des pertes et par la sensibilité aux risques des « intérêts en jeu ». En revanche, pour ce qui est du second mécanisme – les appels de fonds –, le degré de répartition des pertes n’a aucune incidence sur le volume des transactions; il influe par contre sur la probabilité qu’un appel de marge soit honoré, ce qui peut restreindre le recouvrement des fonds. Une analyse du bien-être est réalisée : elle définit les résultats du marché et les compare aux résultats obtenus en situation d’optimum social.