Overnight Rate Innovations as a Measure of Monetary Policy Shocks in Vector Autoregressions

Disponible en format(s) : PDF

Les auteurs exploitent des modèles à vecteur autorégressif pour examiner la pertinence du taux du financement à un jour de la Banque du Canada comme variable de politique monétaire. Puisque la série de taux du financement à un jour que la Banque utilise à l'heure actuelle ne commence qu'en 1971, les auteurs y greffent des taux des prêts au jour le jour de manière à obtenir une période d'observation d'une durée suffisante. La série chronologique ainsi créée, à laquelle ils ont donné le nom de Ron, remonte aux années 50.

Dans leur analyse, les auteurs font quatre constatations intéressantes. Premièrement, les chocs effectués sur Ron et sur la mesure du taux du financement à un jour utilisée par la Banque semblent fournir des renseignements presque identiques au sujet des chocs de politique monétaire. Deuxièmement, le sentier des variations non anticipées de Ron rend assez bien compte de l'évolution des mesures de politique monétaire depuis 35 ans. Troisièmement, lorsque des chocs sont appliqués à Ron dans les modèles autorégressifs, la production, les prix et le taux de change subissent des effets analogues à ceux qu'un choc de politique monétaire est susceptible de produire. Finalement, en tant que variable représentant l'évolution de la politique monétaire dans les modèles autorégressifs, Ron donne des résultats au moins aussi probants que le taux du papier à 90 jours ou que l'écart de taux.

La principale conclusion qui se dégage est que Ron, la mesure du taux du financement à un jour mise au point, constitue une base solide pour la représentation des mesures de politique monétaire dans les analyses autorégressives et que ses chocs non anticipés peuvent fournir une bonne mesure des chocs de politique monétaire.