Constraints on the Conduct of Canadian Monetary Policy in the 1990s: Dealing with Uncertainty in Financial Markets

Disponible en format(s) : PDF

La tenue de l'économie canadienne au cours de la première moitié des années 90 s'est ressentie du niveau élevé des primes incorporées aux taux d'intérêt par suite de l'incertitude politique et économique. Celle-ci a entraîné un recul du dollar canadien et fait augmenter les taux d'intérêt, d'où une détérioration de la relation d'arbitrage à court terme entre la production et l'inflation. Dans ce contexte, toute tentative par la Banque du Canada d'assouplir les conditions monétaires risquait d'être interprétée par le marché, à tort, comme l'indice d'un relâchement de l'engagement des autorités envers la maîtrise de l'inflation. À plusieurs reprises, des craintes de cette nature ont donné lieu à de fortes hausses des taux d'intérêt.

Dans un premier temps, les auteurs de l'étude présentent un modèle théorique simple qui illustre l'incidence qu'a, sur le plan qualitatif, la hausse des primes incorporées aux taux d'intérêt sur la tenue de l'éco-nomie. Selon les résultats obtenus, le niveau élevé des primes incorporées aux taux d'intérêt canadiens aurait été un facteur déterminant de la fai-blesse générale de l'activité économique. Les auteurs analysent ensuite les considérations d'ordre tactique qui ont guidé la conduite de la politique monétaire depuis le début des années 90, durant lesquelles le besoin d'établir la crédibilité de cette politique a souvent semblé inconciliable avec l'assouplissement souhaité des conditions monétaires. Ils décrivent enfin les mesures que la Banque a prises afin de réduire l'incertitude entourant la conduite de la politique monétaire.