Kevin Clinton

Dernières parutions

On Commodity-Sensitive Currencies and Inflation Targeting

Document de travail du personnel 2001-3 Kevin Clinton
Deux éléments ressortent de l'histoire monétaire récente du Canada, de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande : d'une part, la sensibilité des devises de ces nations aux variations des cours des produits à base de matières premières; d'autre part, l'utilisation de cibles de maîtrise de l'inflation. L'auteur se penche sur différents aspects de ces phénomènes.
14 novembre 2000

Résumé du colloque sur la monnaie, la politique monétaire et les mécanismes de transmission

Cet article résume les délibérations d'un colloque tenu en novembre 1999 à la Banque du Canada. Trois grands thèmes se sont dégagés du colloque, à savoir : i) l'incertitude qui entoure les mécanismes par lesquels la politique monétaire transmet ses effets à la production et à l'inflation; ii) la possibilité que les agrégats monétaires puissent servir à piloter l'économie le long d'un sentier de croissance stable, non inflationniste; iii) l'évolution récente des modèles monétaires d'équilibre général de forme dynamique. Les résultats des travaux présentés donnent à penser que le recours à une large gamme de modèles peut aider à mieux comprendre les divers chemins qu'empruntent les mesures de politique monétaire pour agir sur l'économie.
12 décembre 1998

Résumé du colloque sur la valeur informative des prix des actifs financiers

Cet article constitue un résumé des actes du colloque qu'a tenu la Banque du Canada en mai 1998. Il s'agissait du deuxième colloque de la Banque portant directement sur des questions touchant les marchés financiers. Le thème abordé, soit l'extraction de l'information véhiculée par les prix des actifs financiers, a suscité d'intensives recherches dans les banques centrales du monde entier en raison du rapport qui existe entre ce sujet et la conduite de la politique monétaire. Le souhait de la Banque était d'inciter les chercheurs canadiens à effectuer des travaux sur cette question et d'obtenir des commentaires sur les recherches réalisées au sein de l'institution. Elle voulait aussi brosser un tableau plus complet des interactions qui ont lieu sur les marchés entre les banques centrales et les autres intervenants. Pour ce faire, elle a réuni des chercheurs, des représentants des banques centrales et des opérateurs, c'est-à-dire un large éventail d'intéressés. L'article décrit brièvement les études présentées au colloque et les observations formulées durant la séance de clôture.
13 mai 1998

L'évolution des écarts de taux d'intérêt à long terme entre le Canada et les États-Unis depuis 1990

Les écarts de taux d'intérêt à long terme entre le Canada et les États-Unis ont connu un revirement remarquable ces dernières années. Les écarts exceptionnellement prononcés observés durant la première moitié de la décennie ont fait place à une série d'écarts négatifs d'une ampleur sans précédent. Dans le présent article, l'auteur analyse les aspects conceptuels des rendements des actifs internationaux et applique sa recherche au cas du Canada et des États-Unis. Avant 1995, les investisseurs ne savaient pas si l'inflation, sur longue période, évoluerait dans les limites des fourchettes cibles établies par le gouvernement et la Banque. La crédibilité de la politique monétaire était minée par d'importants déficits budgétaires et l'incertitude politique. Au cours de la deuxième moitié de la décennie, la confiance a été rétablie à la faveur de l'assainissement des finances publiques, du maintien de la stabilité des prix à long terme et de la diminution des préoccupations entourant la situation politique au Québec. Tant que l'effet de ces facteurs fondamentaux continuera de se faire sentir, les taux à long terme devraient se maintenir à un niveau relativement bas, et ce même si les taux à court terme s'inscrivent en hausse.

Constraints on the Conduct of Canadian Monetary Policy in the 1990s: Dealing with Uncertainty in Financial Markets

Rapport technique n° 80 Kevin Clinton, Mark Zelmer
La tenue de l'économie canadienne au cours de la première moitié des années 90 s'est ressentie du niveau élevé des primes incorporées aux taux d'intérêt par suite de l'incertitude politique et économique.

Plus

Suivez la Banque