Les variables financières et monétaires sont reconnues depuis longtemps comme des indicateurs fiables de l'activité économique future. Dans cette étude, les auteurs tentent de déterminer si le recours à des réseaux neuronaux permet d'améliorer les prévisions réalisées à l'aide de ces variables. Ils constatent qu'à l'horizon d'un trimestre, les réseaux neuronaux ne produisent pas de meilleures prévisions que les modèles linéaires traditionnels. À l'horizon de quatre trimestres toutefois, on observe une amélioration significative des prévisions sur le plan statistique. Les erreurs quadratiques moyennes de prévision des meilleurs modèles neuronaux sont inférieures de 15 à 19 % à celles des modèles linéaires. Cette précision accrue des prévisions pourrait indiquer la présence de relations non linéaires fondamentales entre les variables financières et la croissance de la production réelle à l'horizon d'un an.