Lors d'une allocution prononcée aujourd'hui devant l'Association des analystes financiers de Montréal, le gouverneur David Dodge a déclaré que le Canada, en raison de son économie ouverte, s'intéresse de très près à la santé et à la solidité de l'environnement économique international. M. Dodge a insisté sur l'importance capitale de politiques macroéconomiques saines et de systèmes financiers robustes et efficients dans un contexte d'interdépendance croissante sur le plan mondial.

Le gouverneur a ajouté que l'utilisation par le Canada de cibles d'inflation dans la conduite de la politique monétaire, le régime de changes flottants en vigueur et l'accent mis sur des communications publiques efficaces ont été profitables aux Canadiens, en particulier durant les périodes difficiles qu'il a fallu traverser au cours de la dernière décennie.

M. Dodge a affirmé que « la solidité et l'efficience [du système financier canadien] sont reconnues mondialement », précisant qu'il importe de maintenir cette solidité et cette efficience. Compte tenu du paysage financier en constante mutation et de la création incessante de produits et services de plus en plus sophistiqués, « nous devons faire en sorte que ceux parmi nous qui veillent à la stabilité financière évoluent au même rythme que les marchés ».

Le gouverneur a souligné que la Banque du Canada, en plus des efforts qu'elle consacre à la promotion de la stabilité du système financier canadien, participe activement à plusieurs forums internationaux où les grandes questions concernant la stabilité financière sont débattues. Il a mentionné notamment l'adhésion de la Banque au Groupe des Vingt et au Forum sur la stabilité financière et signalé les trois éléments clés auxquels la Banque apporte une importante contribution, à savoir les régimes de change, l'infrastructure du système financier et la participation du secteur privé à la résolution des crises.

M. Dodge a assuré les Canadiens que la banque centrale continuera de travailler étroitement avec ses partenaires canadiens et étrangers afin de promouvoir et de renforcer la stabilité financière ici et ailleurs dans le monde. Car, comme il l'a affirmé, « de nos jours, nul pays n'est une île complète en elle-même ».