A Note on Contestability in the Canadian Banking Industry

Disponible en format(s) : PDF

À l’aide de l’indice H créé par Panzar et Rosse (1987) et modifié par Bikker, Spierdijk et Finnie (2006), les auteurs examinent le degré de contestabilité au sein du système bancaire canadien. L’indice doit être modifié parce que l’approche habituelle, qui consiste à tenir compte de la taille de la banque en incluant l’actif total parmi les variables explicatives, induit un biais à la hausse dans l’indice de Panzar et Rosse. Pour mesurer le degré de contestabilité, les auteurs estiment un éventail de modèles au moyen de données détaillées provenant des bilans trimestriels des banques et couvrant la période allant de 2000 à 2006. Contrairement à Bikker, Spierdijk et Finnie (2006), ils constatent que le secteur bancaire canadien se caractérise par un équilibre de concurrence monopolistique. Ce résultat est conforme à ceux des travaux précédemment consacrés au secteur (Nathan et Neave, 1989) et à ceux d’études multipays qui reposent sur des mesures moins fines de la production des banques canadiennes (Claessens et Laeven, 2005). À l’instar de Bikker, Spierdijk et Finnie (2006), les auteurs montrent que le fait d’employer pour variable dépendante le ratio du revenu à l’actif total entraîne une surestimation du niveau de concurrence.