L'auteur présente un modèle de petite économie ouverte pour le Canada dans lequel les croyances des ménages sont hétérogènes. Selon le modèle, des cycles simultanés d'envolée et d'effondrement des prix de l'immobilier résidentiel, de la production, de l'investissement, de la consommation et du nombre d'heures travaillées pourraient émerger si les emprunteurs hypothécaires ayant un accès limité au crédit s'attendent à une hausse des prix des maisons mais que ces attentes ne sont pas partagées par les épargnants et sont déçues par la suite. Le modèle montre qu'en présence de prix rigides et d'une règle standard de politique monétaire, le taux d'intérêt directeur nominal et le taux d'augmentation de l'indice des prix à la consommation diminuent durant un boom immobilier et augmentent lorsque les prix des maisons tombent. Ces résultats cadrent avec les grands traits des cycles d'essor et de contraction du marché du logement dans les pays industrialisés. D'après les simulations réalisées, une réaction plus vigoureuse de la politique monétaire face à l'inflation amplifie ces cycles. Un rapport prêt-valeur élevé les accentue aussi en incitant les emprunteurs hypothécaires à effectuer des investissements spéculatifs sur le marché du logement pendant le boom, de sorte que, quand elle se produit, la chute des prix des maisons entraîne une hausse des liquidations de garanties immobilières.

Aussi publié sous le titre :

Heterogeneous Beliefs and Housing-Market Boom-Bust Cycles
Journal of Economic Dynamics and Control (0165-1889)
Avril 2013, vol. 37, no 4, p. 735-755