Real Effects of Price Stability with Endogenous Nominal Indexation

Disponible en format(s) : PDF

Les auteurs étudient un modèle qui se caractérise par un aléa moral répété du fait que le retard avec lequel les prix nominaux sont observés (hypothèse adoptée par Jovanovic et Ueda, 1997) empêche la pleine indexation des contrats financiers. Les entreprises qui subissent davantage de contraintes passent des contrats dont l'indexation est plus faible. Leurs investissements sont donc plus sensibles aux variations inattendues des prix nominaux. Les auteurs constatent également que le degré d'indexation total s'accroît avec l'incertitude du niveau des prix. Il s'ensuit que les économies où cette incertitude est plus forte sont moins vulnérables à un choc de prix d'ampleur donnée; autrement dit, l'investissement et la production (à l'échelle de l'économie) y réagissent moins.