An Equilibrium Analysis of the Rise in House Prices and Mortgage Debt

Disponible en format(s) : PDF

L’auteur examine l’effet du vieillissement de la population, des innovations en matière de prêts hypothécaires et des taux d’intérêt historiquement bas sur l’escalade des prix des maisons et de l’endettement hypothécaire aux États-Unis entre 1994 et 2005. Il construit un modèle d’équilibre général dynamique à générations imbriquées du marché du logement et conclut qu’ensemble, les trois facteurs susmentionnés contribuent à plus de la moitié de la hausse des prix des maisons et à la majeure partie de l’augmentation de l’endettement hypothécaire durant la période étudiée. Si le vieillissement a une incidence sur la poussée des prix des maisons et de l’endettement hypothécaire, il ne compte que pour une faible proportion dans les variations observées. Quant aux innovations en matière de prêts hypothécaires, elles causent un important accroissement du crédit hypothécaire dans les divers groupes d’âge, mais elles ont un effet négligeable sur les prix des maisons, car les taux d’intérêt montent lorsque la demande de prêts hypothécaires progresse. Cette situation conduit à une hausse de l’épargne des ménages affectée aux actifs financiers et n’a pratiquement aucune influence sur leurs actifs immobiliers. Dans une économie ouverte, l’envolée des prix des habitations observée peut toutefois s’expliquer : la surabondance de l’épargne à l’échelle mondiale y fait reculer les taux d’intérêt. Cette baisse des taux pousse les ménages du groupe d’âge ayant la plus forte propension à l’épargne à réaménager leur richesse en se tournant vers les actifs immobiliers, ce qui fait bondir les prix des maisons.