Perceived Inflation Persistence

Disponible en format(s) : PDF

L’enquête auprès des prévisionnistes professionnels a eu une influence considérable sur les recherches visant à acquérir une meilleure compréhension de la formation des anticipations et du comportement des agents macroéconomiques. Plus particulièrement, les attentes en matière d’inflation ont fait l’objet de nombreuses études, étant donné le rôle majeur qu’elles jouent dans la détermination des taux d’intérêt réels, de la courbe de Phillips dotée d’anticipations et de la politique monétaire. Étonnamment, un aspect qui n’a pas été exploré est la manière par laquelle cette enquête peut être utilisée pour extraire des mesures utiles de la persistance de l’inflation. L’auteure présente une nouvelle mesure de la persistance de l’inflation aux États-Unis telle qu’elle est perçue par les prévisionnistes professionnels. Cette mesure, qu’elle appelle persistance perçue de l’inflation, s’appuie sur la fonction d’autocorrélation implicite qui découle d’estimations obtenues à l’aide d’un modèle espace-état tenant compte de la spécificité de chaque prévisionniste. Les résultats indiquent que la persistance perçue de l’inflation a changé au fil du temps et que les prévisionnistes sont plus susceptibles de considérer les chocs d’inflation imprévus comme temporaires, particulièrement depuis le milieu des années 1990. La comparaison avec la fonction d’autocorrélation révèle que les prévisionnistes réagissent aux chocs dans une moindre mesure que ce que laissent entrevoir les données sur l’inflation réalisée, car ils lisseraient leurs prévisions.