Household Risk Management and Actual Mortgage Choice in the Euro Area

Disponible en format(s) : PDF

Les prêts hypothécaires constituent la majeure partie de la dette des ménages, et le choix d’un taux d’intérêt fixe ou variable représente une considération essentielle au moment de contracter un tel prêt. Cependant, jusqu’à maintenant, aucune étude multipays approfondie n’avait analysé les facteurs qui déterminent la demande des ménages à l’égard de chaque type de prêt hypothécaire; c’est donc à cela que se sont attachés les auteurs en exploitant des données inédites sur la zone euro. Les résultats obtenus viennent étayer l’hypothèse de Campbell et Cocco (2003) selon laquelle la décision des ménages viserait avant tout à gérer le risque : de fait, la volatilité du revenu décourage la souscription de prêts hypothécaires à taux variables, alors que l’allongement de la durée et l’augmentation de la taille relative du prêt ont l’effet contraire. Une fois pris en compte d’autres facteurs d’offre (par l’entremise des effets fixes par pays), il apparaît que le coût des prêts importe également, comme on pourrait s’y attendre, les prêts à taux variables devenant plus intéressants lorsque les écarts de rendement s’accroissent. Les auteurs réalisent aussi une simulation dans le but de mesurer l’incidence qu’a sur les emprunteurs hypothécaires l’assouplissement de la politique monétaire effectué pendant la crise financière. L’exercice montre que la réduction des taux hypothécaires découlant de cet assouplissement a provoqué une diminution substantielle du poids de la dette pour les détenteurs de prêts hypothécaires, en particulier dans les pays où les ménages sont plus endettés et ont davantage recours aux prêts à taux variable, ainsi que chez certains groupes défavorisés comme les ménages à faible revenu.