On the Importance of Sales for Aggregate Price Flexibility

Disponible en format(s) : PDF

Les macroéconomistes ont traditionnellement négligé l’étude des réductions temporaires de prix (soldes) qu’effectuent les détaillants. Très répandus dans les microdonnées relatives aux prix, les soldes tendent pourtant à être expurgés, car ils sont jugés indépendants des phénomènes macroéconomiques. Nous remettons en cause cette interprétation. Premièrement, à partir d’une base de données mensuelles sur les prix qui composent l’IPC au Royaume-Uni pour la période 1996-2012, nous mettons en évidence que la fréquence des soldes a quasiment doublé durant la Grande Récession. Nous montrons que cette contracyclicité des soldes est aussi présente dans les données américaines. En deuxième lieu, nous élaborons un modèle néo-keynésien où les soldes temporaires permettent aux détaillants de discriminer entre des types de consommateurs aux coûts d’opportunité temporelle différents. En accord avec nos données empiriques, le modèle prévoit que les entreprises répondent aux chocs macroéconomiques en variant la fréquence des soldes. À la suite d’un resserrement monétaire, les firmes qui sont limitées dans leur capacité à changer leurs prix réguliers augmentent plutôt le nombre de soldes; les ménages, de leur côté, consacrent plus de temps à la chasse aux soldes. La prise en compte des soldes dans notre modèle entraîne une chute beaucoup plus importante du niveau global des prix. Lorsque le modèle est calibré afin de reproduire le comportement des soldes observé dans les données, la marge liée aux soldes induit une réaction significativement plus modérée de la consommation réelle aux chocs monétaires.