Low for Longer? Why the Global Oil Market in 2014 Is Not Like 1986

Disponible en format(s) : PDF

Au second semestre de 2014, les cours pétroliers ont connu une baisse marquée, soit une chute de plus de 50 % entre juin 2014 et janvier 2015. À première vue, cet effondrement des prix du pétrole présente des similitudes avec la situation de 1986. À l’époque, le prix du baril avait également perdu plus de 50 %, ce qui a marqué le début d’une période de plus de dix ans où les cours pétroliers ont été relativement bas. Dans la présente note, nous comparons de plus près le fléchissement des prix de 1986 avec le contexte actuel. Nos principales conclusions démontrent d’importantes différences entre les deux périodes. Si la demande de pétrole a chuté au début des années 1980, sa croissance actuelle s’annonce plus stable, soutenue par les économies émergentes. De plus, la marge de capacités excédentaires est beaucoup plus faible en ce moment. Comme la production non traditionnelle présente des taux de diminution des réserves plus élevés et se caractérise par des cycles d’investissement plus courts, l’offre devrait s’adapter plus rapidement aux faibles prix et aux réductions des dépenses d’investissement. Tant que la demande de pétrole provenant des économies émergentes demeure vigoureuse, les hausses de production entraîneront nécessairement d’autres investissements dans la production à coût élevé. Le coût de cette production supplémentaire laisse présager des prix à moyen terme supérieurs à ceux observés en 2015, mais l’ampleur éventuelle d’une hausse des prix reste limitée en raison des avancées technologiques et des projets en cours visant à réduire les coûts. Compte tenu des changements fondamentaux survenant dans le marché du pétrole, il est peu probable que nous assistions de nouveau à une période où les cours pétroliers demeureraient faibles pendant une dizaine d’années – comme cela a été le cas après la chute des prix du pétrole de 1986.