Assessing the Business Outlook Survey Indicator Using Real-Time Data

Disponible en format(s) : PDF

Chaque trimestre, la Banque du Canada effectue, auprès d’entreprises d’un bout à l’autre du pays, une enquête dénommée « enquête sur les perspectives des entreprises ». Une analyse en composantes principales réalisée par Pichette et Rennison (2011) a mené à l’élaboration d’un indicateur qui résume les résultats de l’enquête et auquel la Banque a recours pour évaluer la confiance globale des entreprises. Dans la présente étude, nous cherchons à déterminer si les cuvées de données utilisées importent dans l’estimation de la valeur prédictive de l’indicateur et des questions de l’enquête prises isolément, et si l’enquête est un meilleur indicateur des données macroéconomiques révisées ou non révisées. Comme l’enquête est un indicateur de la confiance des entreprises dans le cadre de la politique monétaire, sa fiabilité est essentielle, et il est crucial de comprendre si elle fournit de meilleurs signaux pour prévoir les données initialement publiées ou les données révisées. Pour y arriver, nous utilisons différentes méthodes de prévision qui tiennent compte de la perspective en temps réel des données. Les résultats des diverses méthodes montrent que le contenu de l’enquête est instructif en dépit des révisions des données. Nous constatons toutefois qu’en temps réel, l’indicateur et les questions de l’enquête prises isolément produisent de meilleures prévisions pour la période en cours en ce qui concerne les données publiées initialement ou les données révisées partiellement qu’en ce qui a trait aux dernières données disponibles. Ce constat est particulièrement évident dans le cas des données sur la croissance des investissements réels des entreprises. En effet, comme les révisions des données relatives aux investissements réels des entreprises sont plus volatiles que celles des données portant sur le produit intérieur brut (PIB) réel, le choix de la cuvée de données semble revêtir plus d’importance pour évaluer la capacité prédictive de l’enquête à l’égard de la croissance des investissements réels des entreprises que de l’expansion du PIB réel.