Une chaîne de blocs est un grand registre numérique qui suit l’évolution des opérations faites par les auteurs de transactions sans devoir faire appel à un tiers chargé de mettre à jour et à exécution les changements consignés. La mise à jour du registre est faite directement par les utilisateurs de la chaîne de blocs et est habituellement régie par un protocole, la preuve de travail. Nous formalisons ce protocole comme un jeu de Cournot où les utilisateurs s’affrontent pour mettre à jour la chaîne en échange d’une récompense. Il y a tricherie – sous la forme d’une « double dépense » – lorsque les utilisateurs tentent de falsifier les transactions consignées afin d’escroquer leurs contreparties. Il est possible d’écarter ces incitations à tricher en empêchant l’inscription en double des dépenses. Cette entrave soumet à des restrictions la conception d’une chaîne de blocs et, par conséquent, joue un rôle analogue à celui des contraintes de compatibilité incitative auxquelles est assujettie la conception des mécanismes classiques.