La Banque du Canada recourt abondamment aux données mensuelles sur le produit intérieur brut (PIB) réel par branche d’activité afin d’asseoir sa surveillance de l’activité économique et d’en faire usage dans ses outils de prévision pour la période courante. Cela en fait l’une des plus importantes séries chronologiques de haute fréquence pour effectuer des prévisions dans l’immédiat concernant l’économie canadienne. La présente note analytique décrit les propriétés d’immédiateté de la série, à partir de la période de référence allant d’août 2007 à septembre 2017. Elle montre que les révisions de la croissance du PIB global par branche d’activité sont généralement fiables; de fait, elles affichent une moyenne nulle et une faible variance, et elles ne sont pas prévisibles. Par conséquent, on peut se fier dans une bonne mesure à la croissance globale dont fait état la première estimation du PIB par branche d’activité. Selon cette analyse cependant, les résultats sont valides en moyenne, mais les révisions peuvent parfois être importantes. Les deux situations suivantes ont été étudiées, notamment : lorsque l’économie commence à se replier ou à prendre de l’expansion, et lorsque les données sont révisées en fin de trimestre. De plus, les révisions concernant les secteurs d’activité ne sont pas aussi fiables. Les révisions visant certains secteurs ne présentent pas une moyenne nulle, et elles sont en général beaucoup plus importantes et plus volatiles que les révisions apportées à la croissance globale. Qui plus est, les révisions touchant la plupart des secteurs revêtent un caractère prévisible. Il faut donc considérer l’indication mensuelle que fournissent les données sectorielles avec plus de prudence que l’indication donnée par la série permettant d’estimer l’expansion globale.