Nous montrons une corrélation positive importante entre la situation professionnelle des mères et celle de leurs enfants aux États-Unis en rapprochant les données de l’enquête National Longitudinal Survey of Youth 1979 (NLSY79) et celles de l’enquête NLSY79 Children and Young Adults. Après avoir tenu compte des capacités individuelles, de la scolarité et de la richesse, nous trouvons que l’allongement d’un an de la durée de vie au travail de la mère est associé à une prolongation de six semaines en moyenne de la durée d’emploi de son enfant. La transmission intergénérationnelle de la durée d’emploi maternelle est plus forte chez les filles que chez les fils, et est plus forte chez les mères les moins scolarisées et à faible revenu. Parmi les possibles mécanismes de transmission, nous avons été en mesure d’exclure les réseaux, le capital humain en rapport avec l’appartenance à des catégories d’emploi particulières et les conditions du marché du travail local. En revanche, nos résultats semblent indiquer que l’exemple donné par la mère à ses enfants serait un mécanisme par lequel la participation à la population active se transmet.