Les auteurs étudient les implications de l’incertitude de modèle pour la distribution de la richesse dans un modèle d’équilibre général maniable intégrant une contrainte d’emprunt et une robustesse à la Hansen et Sargent (2008). Les ménages sont confrontés à l’incertitude de modèle liée au processus qui détermine le rendement de l’actif risqué, et prennent des décisions robustes. Les auteurs constatent qu’en présence d’une contrainte d’emprunt, la distorsion dans le modèle varie de façon non monotone en fonction de la richesse. La robustesse génère deux forces qui amplifient les inégalités de richesse : la première accroît la vitesse à laquelle les ménages moins bien nantis se heurtent à la contrainte d’emprunt, et la seconde fait que les ménages mieux nantis investissent une part disproportionnellement plus grande de leur richesse dans l’actif au rendement supérieur. L’étude montre également que l’incertitude de modèle donne lieu à une perte de bien-être généralisée et répartie inégalement entre les ménages.