The Interplay of Financial Education, Financial Literacy, Financial Inclusion and Financial Stability: Any Lessons for the Current Big Tech Era?

Disponible en format(s) : PDF

On appelle « inclusion financière » les efforts déployés pour rendre les services financiers accessibles et abordables pour tous. Les grandes entreprises technologiques (Apple, Alibaba, Amazon, Facebook, eBay, Google, Tencent, etc.) ont récemment commencé à offrir des services financiers tels des services de paiement, d’assurance et de prêt. Leur arrivée dans ce secteur pourrait présenter à la fois des opportunités et des défis liés à l’inclusion financière. D’une part, les grandes entreprises technologiques amèneraient un grand nombre de personnes qui n’ont pas de compte bancaire (personnes non bancarisées) à intégrer le système financier. D’autre part, une plus grande inclusion financière augmenterait les risques de fraude si les gens ne possèdent pas les connaissances et les compétences nécessaires pour utiliser les services en toute sécurité. En fait, cela pourrait même avoir des conséquences indésirables, comme le surendettement, qui entraîneraient alors des risques pour la stabilité de l’ensemble du système financier.

L’objectif de cette recherche comporte deux volets. D’abord, nous évaluons si l’éducation financière pourrait être un bon outil pour promouvoir les possibilités d’inclusion financière offertes par les grandes entreprises technologiques. Ensuite, nous étudions comment cette inclusion pourrait avoir une incidence sur la stabilité financière. Pour ce faire, nous examinons et résumons la littérature existante sur l’éducation, les connaissances et l’inclusion financières.

Notre revue de la littérature montre que les initiatives d’éducation financière peuvent améliorer les connaissances et les compétences et accroître l’inclusion, mais seulement si elles sont bien conçues. Leur efficacité dépend grandement du moment où le programme est mis en place, du format choisi et du type de comportement visé. De plus, l’effet de l’éducation varie selon le public cible. Nous ne pouvons déterminer avec certitude si ces conclusions peuvent s’appliquer aux services financiers offerts par les grandes entreprises technologiques. C’est pourquoi nous estimons que de nouvelles recherches empiriques doivent être effectuées. Nous constatons également que l’accès accru au crédit pourrait entraîner des risques pour la stabilité financière s’il n’y a pas de programmes adéquats de gestion et de surveillance des risques en place. Par conséquent, nous soulignons l’importance d’avoir un cadre réglementaire approprié. Nous concluons en soulevant de nombreuses questions qui appellent à des recherches plus approfondies.