An Empirical Analysis of Liquidity and Order Flow in the Brokered Interdealer Market for Government of Canada Bonds

Disponible en format(s) : PDF

Les auteurs mesurent empiriquement la liquidité du marché obligataire canadien au moyen d'un certain nombre d'indicateurs proposés dans la littérature et rendent compte, pour la première fois, de la dynamique des prix et des transactions sur le marché secondaire des obligations du gouvernement du Canada. Ils constatent, à l'instar d'Inoue (1999), que le marché canadien des opérations sur titres à revenu fixe conclues par l'entremise de courtiers intermédiaires est relativement liquide pour sa taille. Ils comparent les mesures de la liquidité entre elles et entre les divers titres, et mettent en évidence leurs profils intrajournaliers de variation. Les résultats obtenus indiquent que l'activité du marché est corrélée positivement avec la volatilité des prix et que le flux d'ordres (la somme des transactions effectuées à l'initiative de l'acheteur diminuée des transactions faites à l'initiative du vendeur) permet d'expliquer les mouvements de prix contemporains à fréquence élevée. Les auteurs observent une relation positive entre l'activité et les mesures de la liquidité sur certains marchés, ce qui donne à penser que les indicateurs comme la fréquence et le volume des transactions, malgré certaines lacunes, peuvent être utilisés pour représenter la liquidité. Ils notent également l'utilisation répandue chez les participants canadiens d'un protocole d'expansion des ordres, en vertu duquel la taille d'un ordre peut être négociée à la hausse une fois la transaction amorcée. Bien que Boni et Leach (2002) estiment cette pratique compatible avec un marché caractérisé par un degré relativement élevé d'asymétrie d'information, les auteurs ne décèlent aucun lien systématique entre sa fréquence d'utilisation et le niveau observé de l'activité, de la liquidité du marché ou de la volatilité des prix.