Charles Gaa

Directeur

Charles Gaa est directeur, Section des institutions financières, au département de la Stabilité financière. Il est entré pour la première fois à la Banque en 1999 en tant qu’analyste au département des Marchés financiers, où il a travaillé pendant quatre ans. Il est ensuite retourné aux études et a été professeur adjoint de finance à l’Université de l’Oregon avant de revenir à la Banque en août 2013. M. Gaa est analyste financier agréé (CFA) et détient un doctorat en finance de l’Université de la Colombie-Britannique.

Communiquer avec

Directeur
Stabilité financière
Institutions financières

Banque du Canada
234, rue Wellington
Ottawa, ON, K1A 0G9

Dernières parutions

Évaluer la résilience du système bancaire canadien

Note analytique du personnel 2019-16 Charles Gaa, Xuezhi Liu, Cameron MacDonald, Xiangjin Shen
La stabilité du système financier canadien et son rôle de pilier de l’économie du pays tiennent à la capacité des institutions financières à absorber et à gérer les chocs majeurs. Cela est particulièrement vrai pour les grandes banques, dont les services sont essentiels à l’économie canadienne.

The Effects of Economic News on Bond Market Liquidity

Document de travail du personnel 2004-16 Chris D'Souza, Charles Gaa
Les auteurs comparent l'incidence qu'ont les informations provenant de deux sources distinctes sur la volatilité des cours, l'activité et la liquidité dans le marché du courtage intermédiaire d'obligations du gouvernement canadien.

An Empirical Analysis of Liquidity and Order Flow in the Brokered Interdealer Market for Government of Canada Bonds

Document de travail du personnel 2003-28 Chris D'Souza, Charles Gaa, Jing Yang
Les auteurs mesurent empiriquement la liquidité du marché obligataire canadien au moyen d'un certain nombre d'indicateurs proposés dans la littérature et rendent compte, pour la première fois, de la dynamique des prix et des transactions sur le marché secondaire des obligations du gouvernement du Canada. Ils constatent, à l'instar d'Inoue (1999), que le marché canadien des opérations sur titres à revenu fixe conclues par l'entremise de courtiers intermédiaires est relativement liquide pour sa taille.
16 août 2001

Innovation et concurrence au sein des marchés boursiers canadiens

Les innovations dans le domaine des technologies de l'information et de la communication et la mondialisation concomitante des marchés financiers pourraient provoquer des mutations importantes de la structure des marchés boursiers canadiens. Les bourses établies peuvent maintenant livrer une concurrence plus efficace à l'échelle interrégionale et internationale. D'autre part, la réduction des coûts a aplani les barrières à l'entrée de nouveaux compétiteurs, les systèmes de négociation parallèles (SNP). Face à cette concurrence accrue, les bourses canadiennes ont pris des mesures afin d'améliorer la qualité de leur marché. Tout en reconnaissant les bienfaits de l'innovation sur les marchés canadiens, les organismes de réglementation craignent une fragmentation de la liquidité à court terme. Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières ont dévoilé une proposition en vue de limiter le risque de fragmentation et de permettre aux SNP d'entrer en concurrence avec les bourses traditionnelles pour la première fois. Les auteurs présentent un aperçu des marchés boursiers canadiens et de leur structure, en mettant l'accent sur l'évolution récente.

The Future Prospects for National Financial Markets and Trading Centres

Document de travail du personnel 2001-10 Charles Gaa, Stephen Lumpkin, Robert Ogrodnick, Peter Thurlow
L'étude porte sur les effets de la poursuite de la mondialisation et du progrès technique sur l'avenir des centres d'échange d'actifs financiers et des marchés financiers nationaux, particulièrement pour des économies de petite taille comme le Canada. En raison des liens grandissants entre les marchés d'actions, les auteurs prévoient que les actifs hautement liquides se négocieront sur un marché mondial unique, dont l'accès se fera à partir de centres d'échange d'actifs financiers nationaux.

Plus

Formation

  • Baccalauréat spécialisé en économie, Université Queen’s 
  • Maîtrise en économie et en finance, Université de l’Alberta
  • Doctorat en finance, Université de la Colombie-Britannique 
  • Titre d’analyste financier agréé (CFA)

Intérêts de recherche

  • Évaluation empirique des actifs
  • Attention des investisseurs
  • Analyse textuelle
  • Tests de résistance

Suivez la Banque