Chris D'Souza

Économiste principal

Chris D’Souza est économiste principal au département des Analyses de l’économie canadienne. Il s’intéresse notamment à la finance d’entreprise, au secteur bancaire et à la microstructure des marchés. Chris est titulaire d’un doctorat en économie de l’Université Queen’s.

Communiquer avec

Économiste principal
Analyses de l'économie canadienne
Analyse régionale

Banque du Canada
234, rue Wellington
Ottawa, ON, K1A 0G9

Dernières parutions

What Is Restraining Non-Energy Export Growth?

Cette note résume les principaux résultats des travaux d’analyse du personnel de la Banque du Canada examinant les raisons de la récente faiblesse des exportations canadiennes de biens non énergétiques. Entre 2002 et 2017, le Canada a vu diminuer de façon constante sa part du marché des importations américaines de biens non énergétiques, reflétant principalement la dégradation continue et généralisée de sa compétitivité.
11 mai 2017

L’économie numérique

Les technologies numériques – infonuagique, Internet des objets, robotique de pointe, analyse de mégadonnées, intelligence artificielle et apprentissage automatique, médias sociaux, impression 3D, réalité augmentée, réalité virtuelle, monnaie électronique et grand livre partagé – transforment le fonctionnement des entreprises. Comment cette transformation se compare-t-elle aux révolutions industrielles passées? Comment les technologies numériques changent-elles les systèmes de production dans les différents secteurs? Les entreprises capables de s’adapter, faisant grand usage des connaissances et disposant d’un capital organisationnel et d’un capital humain élevés semblent prêtes à tirer le meilleur parti de la numérisation de l’économie, mais quelles seront ses répercussions sur la productivité, les marchés du travail, l’inflation et la politique monétaire?

Funding Advantage and Market Discipline in the Canadian Banking Sector

Document de travail du personnel 2013-50 Mehdi Beyhaghi, Chris D'Souza, Gordon S. Roberts
À l’aide d’un ensemble exhaustif de données et de méthodes variées, les auteurs cherchent à établir, d’une part, l’importance des avantages de financement des grandes banques au Canada et, d’autre part, le degré auquel la discipline de marché s’applique aux différents titres émis par les banques du pays.
11 juin 2009

Le STPGV et les pratiques des institutions financières canadiennes en matière de gestion des garanties

Cet article étudie les facteurs qui incitent les institutions financières à conserver à leur bilan différents actifs pouvant être affectés en nantissement en dépit des coûts d'opportunité élevés que cela implique. L'analyse porte sur la période de cinq ans (2002-2007) qui a précédé la crise financière et s'intéresse au choix des actifs mis en garantie dans le cadre du Système de transfert de paiements de grande valeur (STPGV) canadien, l'objectif étant de dresser un portrait des pratiques des institutions en la matière au cours d'une période relativement normale. Les résultats présentés sont importants pour les décideurs publics tels que la Banque du Canada, qui se préoccupe à la fois du bon fonctionnement des marchés des titres à revenu fixe et du risque de crédit qu'elle assume en dernier ressort en se portant garante du règlement des opérations dans le STPGV. Ces résultats tendent à montrer que la liquidité relative du marché et les activités de tenue de marché pèsent lourd dans la sélection des sûretés.

Plus

Autre

Revues par un comité de lecture

Autres recherches

  • « How Liquid are Canadas? »
    (avec la collaboration de C. Gaa), Canadian Investment Review, hiver 2004, p. 23-28.
  • « How Do Banks Respond to Capital Shocks? »
    (avec la collaboration de A. Lai), 2004, Monetaria, vol. 27, no 1, p. 33-56.

Suivez la Banque