Good Policies or Good Fortune: What Drives the Compression in Emerging Market Spreads?

Disponible en format(s) : PDF

Depuis 2002, les écarts sur les obligations émises par les pays à marché émergent se situent à des creux historiques. Étant donné les liens étroits qui existent entre les écarts sur les emprunts souverains, les flux de capitaux vers les marchés émergents et la croissance économique de ces derniers, il est très important de comprendre les déterminants de ces écarts. Nous abordons cette question en deux étapes. Nous recourons d'abord à une analyse factorielle pour évaluer dans quelle mesure les écarts sur les obligations de pays à marché émergent dépendent de facteurs mondiaux, par opposition aux variables macroéconomiques fondamentales propres à chaque pays. L'examen des données relatives à différentes classes de titres américains permet de dégager un facteur commun, lié aux conditions financières internationales. Nous intégrons ensuite ce facteur commun à un cadre de régression sur données de panel, en vue de cerner l'influence de l'amélioration des politiques macroéconomiques sur le rétrécissement des écarts. Nous constatons que le facteur commun n'est pas responsable de la baisse des écarts. Celle-ci s'explique plutôt par l'application de meilleures politiques macroéconomiques dans les marchés émergents, notamment par la réduction de l'inflation et de la dette. Il se peut, par conséquent, qu'un renversement des conditions financières favorables à l'échelle internationale n'ait pas d'effet négatif important sur les conditions de financement offertes aux marchés émergents.