Parce que les conditions financières et les conditions macroéconomiques sont étroitement liées, les considérations entourant la stabilité financière occupent une place importante dans tout cadre de politique monétaire. Pour autant, il faut préciser davantage dans quelles circonstances il serait approprié pour la Banque de recourir à la politique monétaire afin de contrer les risques financiers (Côté, 2014). Déterminer à quel point il convient d’intégrer dans la politique monétaire des considérations relatives à la stabilité financière sera un sujet de recherche prioritaire en vue du renouvellement de l’entente portant sur la cible de maîtrise de l’inflation en 2016. Cette étude revient sur quatre considérations, en se fondant sur les changements majeurs intervenus au Canada et ailleurs au cours des dernières années et sur les connaissances acquises depuis : a) le Canada et d’autres pays ont accompli des progrès sensibles dans la mise en place des réformes de la réglementation microprudentielle et macroprudentielle; le petit nombre de travaux existants ont révélé que la plupart des politiques suivies ont pu permettre de limiter l’utilisation potentielle de la politique monétaire comme instrument de prévention des risques financiers; b) puisque l’efficacité du mécanisme de transmission de la politique monétaire dépend de l’état du système financier, il faut que la politique monétaire prenne en compte les conditions présentes au sein du système financier; c) même s’ils sont parfois incontournables pour stimuler la croissance et permettre d’atteindre la cible d’inflation, des taux d’intérêt particulièrement bas et d’autres formes de détente monétaire peuvent conduire à une prise de risque excessive et, dès lors, à la création de déséquilibres financiers; d) coordonner la politique monétaire et la politique macroprudentielle afin de s’attaquer à ces déséquilibres donne des résultats probants dans certains cas. L’étude délimite en conclusion des axes de recherche qui devraient permettre de mieux définir le rôle que peut remplir la politique monétaire face aux risques touchant la stabilité financière.