Pour suivre l’adoption et l’utilisation du bitcoin, la Banque du Canada a mené une enquête à la fin de 2016, et une autre à la fin de 2017. La deuxième enquête a été réalisée dans un contexte particulier, à un moment où les prix du bitcoin se sont envolés pour atteindre un niveau record, le 17 décembre 2017. En tout, 85 % des répondants ont alors dit avoir entendu parler du bitcoin (contre 64 % en 2016) et 5,0 % (2,9 % en 2016), en détenir. Selon les personnes interrogées, les bitcoins ne sont plus tant détenus pour des motifs transactionnels, comme c’était le cas dans l’enquête de 2016, que comme instrument de placement. De plus, seulement la moitié environ des détenteurs de bitcoins en utilisent régulièrement pour acquérir des biens ou des services, ou pour transférer des fonds. Ces résultats empiriques corroborent la notion que les fluctuations du prix du bitcoin sont en grande partie attribuables à la spéculation. Toutefois, la détention autodéclarée de bitcoins parmi les répondants n’a pas changé de façon notable entre les deux enquêtes.