Vu la taille du système financier chinois, la libéralisation du compte de capital du pays pourrait avoir une grande incidence sur le système financier mondial. Cette étude s’appuie sur une analyse contrefactuelle pour estimer ce qu’auraient été la taille et la destination des placements étrangers de la Chine en 2015 si ces sorties de capitaux n’étaient soumises à des restrictions. Selon ce scénario, le portefeuille d’actifs étrangers de la Chine aurait été compris entre 1,5 et 3,2 billions de dollars US (de 13 à 29 % du PIB du pays), soit de 5 à 12 fois la taille du portefeuille actuel de 281 milliards. D’après les estimations de nos modèles, ces avoirs supplémentaires auraient surtout été investis dans les marchés financiers les plus profonds du monde, en particulier le marché des États-Unis. Les pays émergents, pour leur part, n’auraient reçu qu’une fraction limitée de ce surcroît. Ces résultats semblent montrer que la libéralisation des placements étrangers de la Chine ne perturberait pas le système financier mondial, mais pourrait avoir d’importantes conséquences pour le pays.