Identifying Aggregate Shocks with Micro-level Heterogeneity: Financial Shocks and Investment Fluctuation

Disponible en format(s) : PDF

L’auteur met en évidence les chocs financiers globaux et en quantifie les effets sur les investissements des entreprises à partir d’un modèle d’équilibre général dynamique et stochastique (EGDS) estimé dans lequel les entreprises sont hétérogènes. En moyenne, les chocs financiers ne sont responsables que de 1,1 % des variations de l’investissement global des sociétés ouvertes américaines. Ce pourcentage négligeable est principalement attribuable à l’interaction entre l’hétérogénéité des entreprises et les effets d’équilibre général. En effet, après un choc financier restrictif, les entreprises soumises à des contraintes financières sont immédiatement forcées de réduire leurs dépenses en capital, ce qui freine la demande globale d’investissement et fait baisser le prix des biens d’équipement. Cette baisse de prix motive les autres entreprises à investir davantage, ce qui annule en grande partie l’effet direct du choc financier dans l’ensemble. Sans l’hétérogénéité des entreprises, l’incidence implicite des chocs financiers sur les investissements globaux serait 50 fois plus grande. Ce vaste écart indique que les modèles avec entreprises représentatives pourraient mener à une surestimation de l’incidence des chocs financiers sur les fluctuations du cycle économique et met en lumière l’importance de l’hétérogénéité microéconomique pour repérer les chocs globaux.