Stressed but not Helpless: Strategic Behaviour of Banks Under Adverse Market Conditions

Disponible en format(s) : PDF

Les banques centrales et les autorités de réglementation partout dans le monde évaluent régulièrement la capacité des banques à survivre à des scénarios de crise hypothétiques en menant des simulations. Dans ce type de scénarios, qui peuvent ressembler à la crise financière de 2008-2009, on s’attend à ce que les banques modifient leur exposition aux risques et réagissent aux mesures prises par leurs concurrents. Cependant, les outils de simulation de crise standards ne font pas ressortir les comportements des banques, même dans des scénarios extrêmes. Les hypothèses relatives à ces comportements peuvent influer sur l’analyse de la résilience et de la réglementation des banques pendant une crise financière.

 

Notre nouvel outil de simulation de crise remet en question ces hypothèses. En effet, les banques qui subissent des tensions peuvent modifier stratégiquement leurs comportements afin de maximiser la valeur pour leurs actionnaires. Au moyen de données canadiennes confidentielles issues de la surveillance, nous examinons si ces comportements stratégiques peuvent amplifier un scénario de crise hypothétique.

 

Nous montrons qu’en temps de crise, les banques se conforment aux exigences réglementaires en réduisant leurs activités de prêt. Résultat : les entreprises et les consommateurs reçoivent un moins grand soutien financier au moment où ils en ont le plus besoin. Il y a donc une relation d’arbitrage entre la stabilité bancaire et la stabilité économique.