Christopher Reid

Directeur principal

Christopher Reid est directeur principal, Surveillance de la stabilité financière, au département de la Stabilité financière, qui est responsable de la surveillance des infrastructures de marchés financiers. À ce titre, il supervise les sections chargées de la surveillance (système de paiement, paiements de détail et infrastructures de marché), ainsi que la Section de la résolution et de la préparation liées aux crises. Chris est entré à la Banque en 1999 en tant qu’économiste au département des Relations internationales, et il a depuis occupé des postes aux responsabilités croissantes aux départements des Marchés financiers et de la Stabilité financière. Il a également été membre du secrétariat du Conseil de stabilité financière à Bâle (Suisse) de 2012 à 2016. Son rôle consistait à appuyer les travaux du Comité permanent sur l’évaluation des vulnérabilités.

Communiquer avec

Christopher Reid

Directeur principal
Stabilité financière

Banque du Canada
234, rue Wellington
Ottawa, ON, K1A 0G9

Dernières parutions

14 avril 2007

Le marché canadien du financement à un jour : évolution récente et changements structurels

Plusieurs facteurs importants ont eu une incidence sur la structure et la dynamique du marché canadien du financement à un jour depuis la dernière analyse qu'en a publiée la Banque du Canada, en 1997. Reid propose un survol des caractéristiques actuelles du marché, où il traite tour à tour des instruments financiers qui s'y négocient, de la transparence du marché et des flux de transactions, et de l'évolution qu'a connue le taux des prêts à un jour garantis depuis l'instauration du Système de transfert de paiements de grande valeur et l'introduction d'un régime de dates préétablies pour l'annonce des décisions relatives au taux directeur. Parmi les autres facteurs qui ont eu une influence non négligeable figurent l'adoption de nouvelles pratiques de gestion des risques, l'augmentation des prêts de titres, l'accroissement de la demande de garanties et les mesures prises par la Banque pour renforcer la cible relative au taux du financement à un jour.
23 novembre 2004

Les obligations à rendement réel : la crédibilité de la politique monétaire et la prévision de l'inflation à court terme

Il est possible de calculer le taux d'inflation « neutre » en comparant les rendements des obligations classiques et des obligations à rendement réel. Ce taux, qui correspond au taux d'inflation moyen auquel les rendements attendus de ces deux types d'obligations sont égaux, est susceptible de contenir de l'information utile sur les attentes d'inflation à long terme. Le taux d'inflation neutre est toutefois plus élevé en moyenne et plus variable que les mesures de l'inflation attendue obtenues par enquête, ce qui peut s'expliquer par les effets d'un certain nombre de primes et de distorsions qui y sont intégrées. Étant donné la difficulté de prendre en compte ces distortions, le taux d'inflation neutre ne peut être considéré comme une mesure précise des attentes d'inflation à long terme pour le moment. Cependant, il est appelé à devenir un meilleur indicateur de celles-ci à la faveur du développement continu du marché des obligations à rendement réel. Pour l'heure, il n'offre aucun avantage particulier pour la prévision de l'inflation à court terme par rapport aux mesures tirées d'enquêtes, ni même par rapport aux taux d'inflation passés.

Real Return Bonds, Inflation Expectations, and the Break-Even Inflation Rate

Document de travail du personnel 2004-43 Ian Christensen, Christopher Reid, Frédéric Dion
Selon l'hypothèse de Fisher, l'écart de rendement entre les obligations canadiennes à rendement nominal et à rendement réel (ou taux d'inflation neutre) devrait être un bon indicateur des attentes d'inflation.

Plus