Les auteurs tentent de montrer que les variations du taux de change se répercutent diversement sur les prix des importations des principales économies avancées. Ils distinguent trois angles d'étude : 1) les marchés de destination; 2) les types d'exportateurs (les exportateurs des pays développés sont différenciés de leurs homologues des économies émergentes); 3) le temps. D'après les données mensuelles de la période 1991-2007 qu'ils examinent, c'est sur les grands marchés de destination que le degré de répercussion des mouvements de change est le plus faible. Leur degré de répercussion est aussi nettement plus limité dans le cas des biens en provenance d'économies émergentes que pour ceux importés de pays développés. L'analyse ne fait ressortir aucun changement clair des pratiques en matière de prix au fil du temps, mais certains événements, comme les fortes dépréciations survenues pendant la crise asiatique, semblent influencer l'ampleur des mouvements de change répercutés sur les prix des biens issus d'économies émergentes.

Publication :

Empirical Economics (0377-7332)
Octobre 2013, vol. 45, no 2, p. 789-816