Le présent document cherche à expliquer ce qu'est la politique monétaire et pourquoi elle est importante. En guise de résumé, voyons les principaux éléments qui s'en dégagent :

1. Pourquoi cibler l'inflation? En maintenant l'inflation à un niveau bas et relativement stable, les banques centrales apportent la meilleure contribution en leur pouvoir à la santé économique d'un pays. Cet objectif repose sur les propositions voulant 1) qu'une inflation élevée est nuisible à l'économie et 2) que la seule variable macroéconomique sur laquelle la politique monétaire a un effet direct et durable est le taux d'inflation.

2. Un bas niveau d'inflation est souhaitable. Le coût le plus élevé de l'inflation est l'incertitude qu'elle génère et les inefficiences qu'elle cause en déformant l'information véhiculée par les prix relatifs. Les résultats d'études portant sur plusieurs pays donnent à penser que les pays dont les taux d'inflation sont élevés ont également plus tendance à avoir des taux d'inflation volatils. Le taux d'inflation au Canada est plus bas et moins volatil depuis l'adoption, en 1991, d'un régime de cibles d'inflation, qu'il ne l'était au cours des années 1980.

3. Une croissance stable de la production est souhaitable. On tire de véritables avantages d'une stabilité accrue de la production effective et aussi du maintien d'un écart de production plus stable. La croissance de la production et l'écart de production au Canada sont plus constants depuis 1991 qu'ils ne l'étaient au cours de la décennie précédente.

4. Efficacité de la politique monétaire ou question de chance? Il est impossible d'établir avec précision que la stabilité accrue de l'inflation et de la croissance de la production est attribuable à la conduite d'une politique monétaire plus efficace plutôt qu'à un climat économique simplement moins volatil. Il existe toutefois des signes indiquant que ce dernier a affiché une instabilité plus grande dans les années ultérieures à 1991, donnant à penser qu'une partie de l'amélioration de la tenue du Canada sur le plan macroéconomique reflète bel et bien une plus grande efficacité de la politique monétaire.

5. La politique monétaire est prospective. Le mécanisme de transmission de la politique monétaire est une chaîne complexe de causes et d'effets qui relie les mesures prises par la Banque du Canada à la demande globale, à la production et à l'inflation. Compte tenu des délais longs et variables avec lesquels les effets de la politique monétaire se transmettent à l'économie, cette politique doit être prospective et anticiper les événements susceptibles de survenir dans les économies canadienne et mondiale.

6. Deux types d'incertitude sont présents. Deux types d'incertitude compliquent la conduite de la politique monétaire : l'incertitude liée au fonctionnement précis du mécanisme de transmission et l'incertitude entourant l'évolution économique tant au Canada qu'à l'étranger. Les deux types d'incertitude obligent la Banque du Canada à consacrer des ressources considérables à la recherche, à l'analyse conjoncturelle et à l'établissement de projections pour être en mesure de prendre des décisions de politique monétaire éclairées.

Bien qu'il fournisse un aperçu des activités de la Banque du Canada et des raisons qui motivent ses actions, le présent document ne fait qu'effleurer la question de la politique monétaire canadienne. Les économies sont des structures complexes, et nous nous employons continuellement à approfondir nos connaissances sur elles. La façon dont la politique monétaire transmet ses effets est complexe également. À mesure que nous poursuivrons nos travaux théoriques et notre analyse des données, notre connaissance de cette complexité croîtra, mais il en ira de même de nos questions. Compte tenu de l'importance de la politique monétaire pour la prospérité de notre pays, ces efforts constants valent pleinement qu'on les déploie.