Trend Inflation, Wage and Price Rigidities, and Welfare

Disponible en format(s) : PDF

Les auteurs étudient les coûts de l'inflation en régime permanent au moyen d'un modèle d'équilibre général dans lequel le taux de croissance réel de la production par habitant est positif et qui intègre des contrats échelonnés de prix et de salaires.

L'analyse montre qu'une inflation tendancielle positive a des effets considérables sur l'économie lorsqu'elle est jumelée à des contrats rédigés en termes nominaux et à une croissance réelle de la production. Même faible, l'inflation tendancielle entraîne une baisse substantielle du niveau de la production et du bien-être en régime permanent. Les auteurs démontrent également que cette diminution tient davantage à l'existence de contrats salariaux qu'à celle de contrats de prix. Cet important résultat ne découle pas de la dispersion des prix en soi, mais de l'incidence de la croissance nominale sur le choix de la marge bénéficiaire exigée par les offreurs de travail en situation de concurrence monopolistique. Par ailleurs, les auteurs établissent que la prise en compte de la croissance de la productivité importe pour le calcul des retombées négatives de l'inflation sur le bien-être; selon leurs calculs, un taux de croissance de 2 % de la productivité multiplie par quatre les coûts de l'inflation dans la spécification type du modèle, par rapport au cas où la croissance de la production est nulle.

Aussi publié sous le titre :

Trend Inflation, Wage and Price Rigidities, and Productivity Growth
Journal of Monetary Economics (0304-3932)
Avril 2009, vol. 56, no 3, p. 353-364