Étant donné que la Chine compte pour environ la moitié de la consommation mondiale de cuivre, il est raisonnable de penser qu’une variation importante de la consommation chinoise aura un impact sur le marché mondial de ce métal. Nous examinons les répercussions probables du rééquilibrage de l’économie chinoise sur la consommation intérieure de cuivre dans les dix prochaines années et nous intéressons à cette fin au lien entre l’intensité-cuivre du PIB et la part de l’investissement dans le PIB. Pour tenir compte d’éventuelles non-linéarités dans cette relation pour différents degrés d’urbanisation et niveaux de revenu, nous recourons à un modèle de panel à seuil à transition lisse. Nos résultats tendent à montrer qu’il existe bel et bien une relation significative entre l’intensitécuivre et la composante investissement du PIB d’un pays. Il ressort de notre scénario de rééquilibrage de référence pour la Chine que l’intensité-cuivre y a déjà culminé et devrait être en diminution constante dans les dix années à venir. Cette baisse prévue en Chine est attribuable à l’incidence modératrice du rééquilibrage et à la hausse du revenu par habitant, qui fait plus que compenser la pression haussière exercée par le processus d’urbanisation en cours. Il se dégage des autres scénarios envisagés pour la Chine que la trajectoire de rééquilibrage pourrait avoir un effet marqué sur la consommation mondiale de cuivre.