La Banque du Canada continue de se servir de l’enquête-omnibus sur le bitcoin pour suivre les tendances en ce qui concerne la connaissance, la détention et l’utilisation de cette cryptomonnaie par les Canadiens. La plus récente enquête a été réalisée à la fin de 2018, après la chute de 85 % du prix du bitcoin observée au cours de l’année. En 2017, près de la moitié des utilisateurs de bitcoins ont indiqué qu’ils détenaient avant tout cette monnaie à des fins de placement. Ainsi, l’effondrement des prix pourrait avoir influé sur la décision des Canadiens de continuer à détenir des bitcoins ou non, et sur l’usage qu’ils en font.

La Banque a mené l’enquête-omnibus tous les ans depuis 2016, et y a apporté de légères améliorations chaque année. En 2018, nous avons ajouté des questions sur les connaissances financières des Canadiens, leur intention de cesser d’utiliser l’argent comptant et les caractéristiques qu’ils préfèrent pour les transactions en ligne. Nous avons également revu le calibrage de l’échantillon afin que celui-ci soit représentatif de la composition démographique de l’ensemble de la population canadienne.

L’enquête montre que, de 2016 à 2018, la proportion de Canadiens qui connaissent le bitcoin et la proportion de ceux qui en détiennent ont toutes deux augmenté. Cependant, la proportion d’anciens détenteurs s’est aussi accrue, ce qui donne à penser que beaucoup de personnes ont vendu leurs bitcoins après 2017. Cette monnaie a continué d’être avant tout considérée par les détenteurs comme une réserve de valeur ou un produit de placement, même si cette utilisation a légèrement diminué depuis 2017. Enfin, les détenteurs de bitcoins se sont distingués de l’ensemble de la population de deux manières : ils avaient de moins bonnes connaissances financières et ils étaient plus susceptibles de déclarer avoir l’intention de cesser d’utiliser l’argent comptant.