Le plan de 2020 de la Banque du Canada

Lors de son traditionnel discours de fin d’année, le gouverneur, Stephen S. Poloz, a présenté quelques-unes des forces de long terme qui touchent l’économie canadienne et l’économie mondiale, et qui façonneront le travail de la Banque en 2020.

Regardez le gouverneur Poloz prendre la parole devant l’Empire Club of Canada, à Toronto. Lisez le discours complet.

Les grandes forces à l’œuvre dans l’économie mondiale

Nation marchande, le Canada devra composer avec les grandes forces de long terme qui touchent l’économie mondiale :

  • La croissance démographique a ralenti dans de nombreux pays, freinant ainsi la production mondiale.
  • Les entreprises et les travailleurs peuvent améliorer les perspectives économiques au Canada en étant plus efficients et plus productifs. Mais ce changement n’intervient pas aussi vite qu’il le faudrait pour neutraliser les conséquences du ralentissement démographique.
  • De nouvelles technologies permettront de rendre les économies plus productives au fil du temps. Cependant, les guerres commerciales risquent de donner un coup d’arrêt à une mondialisation qui a aidé à améliorer l’efficience des entreprises et des travailleurs.
  • Comme la croissance devrait demeurer faible, les taux d’intérêt se maintiendront à des niveaux plus bas que d’habitude.
  • Lorsque les taux d’intérêt sont bas, les ménages, les entreprises et les États tendent à emprunter davantage. Bien que cet endettement soutienne l’économie, une dette élevée est une source de plus grande vulnérabilité en cas d’événement malencontreux.

Nous revoyons notre cadre de conduite de la politique monétaire et nos outils

Le cadre de conduite de la politique monétaire doit être renouvelé en 2021. Notre entente conclue avec le gouvernement fédéral sur les objectifs de la politique monétaire est revue tous les cinq ans.

En 2020, nous aurons achevé les travaux que nous avons amorcés en 2016 au moment du renouvellement précédent de l’entente sur la cible d’inflation. Nous nous sommes demandé si nous devions changer nos objectifs de politique ou modifier la stratégie suivie pour les atteindre.

Dans cette optique, nous allons organiser plusieurs tables rondes avec des parties prenantes et mener une consultation publique en ligne pour que tous les Canadiens puissent donner leur avis. Nous résumerons les commentaires que nous recevrons et les publierons dans notre site Web avec une bonne partie de nos recherches sur le sujet.

Puis, en 2021, nous travaillerons avec le gouvernement du Canada afin d’en arriver à une entente formelle sur notre cadre de conduite de la politique monétaire.

Nous nous efforçons également de mieux prendre en compte des considérations comme le niveau élevé de l’endettement lorsque nous fixons les taux d’intérêt.

Cela revient souvent à comparer les bénéfices obtenus en donnant un coup de pouce à une économie stagnante aux coûts provoqués par l’alourdissement de la dette et par d’autres problèmes qui risquent de surgir à l’avenir. Les outils de mesure dont disposent d’autres institutions peuvent être très importants pour notre réflexion.

En tant qu’institution publique qui doit rendre des comptes, la Banque est impatiente de connaître votre point de vue.

Nous allons aussi nous pencher sur les changements technologiques

Les nouvelles technologies, comme l’intelligence artificielle, sont présentes tout autour de nous. Selon certains, nous vivons une quatrième révolution industrielle. Elle pourrait avoir d’énormes effets sur l’économie et sur la façon dont nous évaluons l’activité économique. Voilà pourquoi nous consacrerons, en 2020, des efforts à la conception de nouvelles méthodes de mesure.

Les travailleurs de nombreux secteurs peuvent s’attendre à des bouleversements douloureux. L’ensemble des pouvoirs publics et le secteur privé ont besoin de comprendre cette transition et de la rendre aussi harmonieuse que possible.

Cependant, l’adoption de nouvelles technologies devrait finir par stimuler la croissance potentielle de l’économie et, donc, améliorer à terme le niveau de vie. Un potentiel de croissance plus élevé aura aussi un effet sur l’inflation.

La technologie change également les habitudes de paiement des Canadiens.

  • La Banque continuera à travailler avec des partenaires en vue de moderniser la technologie sur laquelle reposent les systèmes de paiement dont nous dépendons tous dans notre quotidien.
  • Nous évaluons s’il conviendrait d’émettre une version numérique de nos billets de banque.

Comme le monde de la monnaie évolue très rapidement, nous avons besoin de mettre sur pied des plans pour faire face à toute éventualité.

Regardez le gouverneur Poloz répondre aux questions des médias après son discours.