Cash and COVID-19: The Effects of Lifting Containment Measures on Cash Demand and Use

Disponible en format(s) : PDF

Nous actualisons l’étude précédente de Chen et autres (2020) consacrée à l’effet de la pandémie de COVID-19 sur la demande d’espèces et les modes de paiement. Nous analysons des données récentes provenant de deux sources :

  • les données du Système de distribution des billets de banque sur le nombre de billets en circulation;
  • les enquêtes sur l’utilisation des espèces réalisées auprès des Canadiens en avril et en juillet.

Voici nos principaux résultats :

  • La valeur des billets de banque en circulation est passée de 83 milliards de dollars avant la pandémie à plus 96 milliards de dollars à la fin de septembre 2020. Après ventilation de l’augmentation entre les retraits et les dépôts de billets auprès de la Banque du Canada, on constate que les retraits sont revenus à la normale au milieu de l’été, tandis que la valeur des dépôts est demeurée faible.
  • La valeur des billets en circulation s’est accrue de 13,1 milliards de dollars entre septembre 2019 et septembre 2020. Si 2020 avait été une année normale, l’accroissement prévu par rapport à 2019 aurait été de 4,7 milliards de dollars (sur la base du taux de croissance hebdomadaire moyen des années 2017 à 2019).
  • La somme que les Canadiens interrogés ont dit avoir sur eux est revenue au niveau d’avant la pandémie (70 $ en valeur médiane), après avoir augmenté en avril (85 $ en valeur médiane). L’usage de tous les modes de paiement (d’après les pourcentages de la population canadienne qui les ont utilisés) était en hausse en juillet par rapport à avril, mais l’augmentation la plus importante a été enregistrée du côté des espèces. Celle-ci coïncide avec l’assouplissement des mesures visant à limiter la propagation du virus et la hausse concomitante des achats en magasin.
  • Plus de la moitié des Canadiens ont fait des paiements en argent comptant durant la période visée par l’enquête, ce qui est un peu moins que la proportion de ceux qui ont recouru au paiement par carte de crédit ou de débit. Ainsi, même si l’usage de moyens de paiement électronique prédomine toujours, une part importante de la population règle aussi en espèces ses transactions, et cette proportion s’est accrue à partir du printemps jusqu’à l’été.
  • La grande majorité des Canadiens déclarent toujours ne pas avoir l’intention de cesser d’utiliser de l’argent comptant au cours des cinq prochaines années.