Abonnement aux Posts
Posts

  • 26 mai 1999

    Déclaration préliminaire devant le Comité permanent des finances de la Chambre des communes

    Déclaration préliminaire Gordon Thiessen Comité permanent des finances de la Chambre des communes
    C'est toujours avec plaisir que je me présente devant vous après la parution d'un nouveau Rapport sur la politique monétaire, dont la neuvième livraison a été mise en circulation mercredi dernier. Il y a maintenant quatre ans que la Banque du Canada publie tous les six mois ce rapport dans le cadre des efforts qu'elle déploie pour améliorer la transparence de ses mesures de politique monétaire et mieux rendre compte de ses actions à ce chapitre.
  • 19 mai 1999

    Parution du Rapport sur la politique monétaire

    Déclaration préliminaire Gordon Thiessen
    Ce matin, nous avons publié la neuvième livraison de notre Rapport sur la politique monétaire. Depuis la parution du Rapport précédent, en novembre dernier, la situation économique et financière s’est beaucoup améliorée. En Asie du Sud-Est, les marchés financiers se sont stabilisés, et les perspectives d’une reprise graduelle sont bonnes. Au Brésil, les autorités ont […]
  • 15 mai 1999

    L'évolution récente des agrégats monétaires et son incidence

    Dans le cadre des responsabilités qui lui incombent en matière de politique monétaire, la Banque du Canada suit de près le rythme d'expansion de la masse monétaire afin d'y déceler des indications permettant d'évaluer les perspectives en matière d'inflation et d'activité économique. Ces dernières années, un certain nombre de facteurs ont faussé le profil de croissance des agrégats traditionnels larges et étroits. Dans le présent article, les auteurs font voir que l'élimination des réserves obligatoires et les innovations financières ont entraîné un flottement dans le classement des comptes de dépôt. Ils annoncent l'ajout de deux nouvelles mesures des encaisses de transaction, les agrégats M1+ et M1++ (décrits de manière plus approfondie dans une note technique publiée dans la présente livraison de la Revue), qui sont corrigés d'une partie de l'effet de la substitution qui s'est opérée entre les instruments financiers. Ils attribuent le ralentissement de la croissance de M1 observé en 1998 à l'influence moindre de facteurs spéciaux, à une réaction retardée aux hausses de taux d'intérêt survenues en 1997 et au début de 1998 et à un resserrement passager des modalités de crédit opéré à l'automne 1998. L'agrégat au sens large M2++, qui comprend l'ensemble des dépôts d'épargne des particuliers, les rentes des sociétés d'assurance vie et les fonds communs de placement, a progressé à un rythme soutenu en 1998, ce qui laisse entrevoir une expansion de la dépense totale d'environ 4 à 5 % et le maintien de l'inflation dans les limites de la fourchette cible.
  • 14 mai 1999

    Cotation à la criée et cotation électronique dans les bourses de contrats à terme

    Malgré les gains d'efficience liés à l'automatisation, la plupart des grandes bourses de contrats à terme se sont montrées peu empressées à se retirer des parquets traditionnels, car des données préliminaires incitaient à croire que les marchés à la criée étaient plus liquides que les marchés électroniques. Toutefois, des travaux plus récents donnent à penser que la négociation électronique est supérieure à la cotation à la criée à maints égards, y compris sur le plan de la liquidité. Dans le présent article, l'auteur compare les deux modes de négociation. Bien que de nombreuses bourses s'orientent désormais vers la négociation électronique, cette évolution se heurte encore à divers obstacles. Cependant, face à la chute rapide des coûts de l'automatisation que permet le progrès technique et aux pressions croissantes en faveur de marchés ouverts 24 heures sur 24 et intégrés à l'échelle internationale, l'implantation graduelle de systèmes électroniques d'appariement des ordres dans le monde entier marquera vraisemblablement la prochaine étape importante dans l'évolution des bourses de contrats à terme. Les bourses moins automatisées (dont les bourses de contrats à terme canadiennes) continueront assurément d'étudier et de promouvoir l'automatisation afin de soutenir le rythme des innovations techniques.
  • 4 mai 1999

    Les turbulences sur les marchés financiers mondiaux et l'économie canadienne

    Discours Gordon Thiessen Chambre de commerce de la région sherbrookoise Sherbrooke (Québec)
    L'économie mondiale et celle du Canada ont connu des moments difficiles au cours des deux dernières années. La nôtre s'en est assez bien sortie. Et compte tenu des turbulences que la crise financière asiatique a provoquées partout dans le monde, on peut dire qu'elle s'est comportée mieux cette fois-ci que dans le passé.