Complementarities Between Fiscal Policy and Monetary Policy—Literature Review

Disponible en format(s) : PDF

Dans la présente étude, nous passons en revue les travaux qui ont été publiés sur la complémentarité des politiques budgétaire et monétaire. Nous nous sommes intéressés à quatre types de politique budgétaire : les stabilisateurs automatiques; les politiques budgétaires non discrétionnaires modulées selon l’évolution de la situation; les mesures discrétionnaires de relance et, enfin, le soutien public du crédit. Il ressort des écrits que les stabilisateurs budgétaires automatiques peuvent atténuer les variations cycliques de l’activité. Cependant, comme ces mécanismes peuvent être mis en œuvre à diverses fins, la question de leur conception optimale reste entière. Autre possibilité : un dispositif de dépenses budgétaires non discrétionnaires modulées selon l’évolution de la situation, dans lequel les dépenses sont déterminées selon une formule préétablie et engagées de manière objective dès que la conjoncture l’exige. Ce genre de politique offre l’avantage d’une mise en œuvre rapide à exécuter et facile à communiquer, mais pose des difficultés pour la détermination des seuils de déclenchement appropriés et des dépenses à effets multiplicateurs élevés à court terme. Les études montrent également que les dépenses budgétaires discrétionnaires peuvent soutenir la demande globale, et certaines dépenses ont des effets multiplicateurs à court terme légèrement inférieurs ou supérieurs à un. Bien que ces dépenses puissent viser des objectifs de politique publique qui sont prioritaires au moment où elles sont engagées, du fait même de leur caractère discrétionnaire, leur mise en œuvre peut aussi s’en trouver ralentie. Quand les taux d’intérêt avoisinent leur valeur plancher, les mesures de relance budgétaire peuvent compléter de manière particulièrement efficace les efforts de stabilisation des autorités monétaires. Enfin, les études montrent que les politiques de soutien public du crédit peuvent atténuer les ralentissements économiques qui s’accompagnent de fortes tensions sur les marchés financiers. Les effets de l’élargissement de ces mécanismes sont cependant incertains.